Monétiser ce qui n'a plus de valeur, ne plus payer pour son risque, et renier le libre exercice de la démocratie au prétexte de comportements "infantiles" ? C'est faire bien peu de cas des peuples. Qui donne des leçons : ceux qui ont souscrit des CDS, misé dans des Hedges Funds, hypothéqué les infrastructures publiques dans des crédits indexés sur des critères fantaisistes, logés dans des Véhicules d'Investissement (SIV) encastrés dans des boites noires ? Et à la demande de cette cléricature financière, nous devrions sacrifier libertés, art de vivre et paix partagée sur cet autel là ? Un commentaire tout de même : tous les financiers savent que ces actifs toxiques le sont parce qu'ils ont été réintégrés dans les bilans, mais que font les actionnaires et les managers qui ont laissé jouer leurs équipes selon des martingales insensées ? 7 milliards d'hommes ont d'autres soucis à régler pour vivre - survivre - ensemble que de dépendre de l'addiction au jeu de traders compulsifs soutenus par des fonds de pension atteints de démence sénile. Il est temps de revenir au réel, au concret, à la présence aux autres. Il est temps de vivre en société, en nom individuel et collectif. Il est temps de s'indigner contre la prédation et les déprédations qui s'ensuivent. Il est temps de construire une Economie Sociale et Solidaire, de partager la Responsabilité Sociale sous forme participative. Oui, nous sommes, nous européens, en crise de croissance. Non, nous ne devons pas nous laisser infantiliser par un groupement d'intérêts en d'état d'ébriété avancé. La crise des Subprimes avait montré qu'aux salaires avaient été substitués des crédits usuraires qui ont été jusqu'à intoxiquer tout le système financier. L'Europe comme le monde occidental est malade de sa dette par hyperconsommation chronique. Nous devons réapprendre à sublimer, dans la frugalité, l'art, la civilisation. Cela tombe bien, nous les européens, nous savons cela depuis bien avant l'Euroland. Soyons attentifs, soyons attentionnés. Just care.

P.S. : cet article présente avec une grande clarté la succession des faits qui jalonnent l'histoire récente de la finance mondialisée. "Le grand désendettement" sur ParisTech Review : www.paristechreview.com|http://www.paristechreview.com/2011/10/27/grand-desendettement/|http://www.paristechreview.com/2011/10/27/grand-desendettement/|fr] La crise de la dette privée s'est transformée en crise de la dette publique. Pris à la gorge par leurs propres dettes, les Etats seront-ils capables de contrôler le désendettement des banques?